Aller au contenu principal

#swissnobel au Palais fédéral

Corps

Le 22 septembre 2020, un événement extraordinaire – au vu de la pandémie, mais pas uniquement – a eu lieu sous la coupole du Palais fédéral. Le Parlement fédéral, réuni pour sa session d’automne, a reçu à sa tribune deux lauréats du Prix Nobel, Michel Mayor et Didier Queloz. L’échange qui s’est alors tenu entre les deux physiciens et les membres du Parlement dans la salle de commission 6 a suscité un vif intérêt.

swissnobel

L’agence VIRTÙ Public Affairs AG a été mandatée par le Fonds national suisse (FNS) et l’Université de Genève, l’alma mater des deux scientifiques, pour concevoir et organiser cet événement. L’objectif était de montrer concrètement aux parlementaires ce qu’il est possible de réaliser avec les moyens financiers qu’ils allouent chaque année au domaine de la formation, de la recherche et de l’innovation. Angelika Kalt, directrice du FNS, et Yves Flückiger, recteur de l’Université de Genève et président de swissuniversities, ont modéré la discussion avec les parlementaires. Cet événement a été l’occasion d’un dialogue entre les sphères scientifique et politique.

Nobelpreisträger im Bundeshaus

Michel Mayor et Didier Queloz ont reçu le Prix Nobel de physique en 2019 pour leur découverte de la première planète hors de notre système solaire. Au cours de leur présentation, ils sont revenus sur leur carrière et les recherches qui les ont conduits à l’exoplanète «51 Pegasi b» en 1995. Ils ont souligné l’importance des conditions cadres favorables à la recherche fondamentale ; elles constituent le pilier de l’excellence de la place scientifique. Le duo de scientifiques fait figure d’exemple en matière d’encouragement réussi de la relève. Leur grande découverte est le résultat d’une collaboration entre le chercheur Michel Mayor, déjà renommé à l’époque, et le jeune talent Didier Queloz. Cette histoire à succès montre que les investissements actuellement consentis pour l’encouragement de la relève dans le domaine de la formation, de la recherche et de l’innovation porteront leurs fruits jusqu’en 2040 et au-delà.

Révision du plan de prévoyance du personnel de l’Etat: un marathon vers un succès en votation

Corps

De 2018 à 2020, VIRTÙ Public Affairs AG a accompagné la Caisse de prévoyance du personnel de l’Etat de Fribourg (CPPEF) dans la communication de son projet de réforme. Il s’agissait d’un mandat complexe, ayant pour issue la votation populaire du 29 novembre 2020.

La réforme n’était pas entreprise de gaieté de cœur, car elle demandait des sacrifices à toutes les parties prenantes. La population fribourgeoise était appelée à consentir à d’importantes dépenses pour soutenir le plan, alors que le personnel de l’Etat concerné devait accepter des pertes au niveau des rentes attendues. Le changement était toutefois nécessaire pour garantir les rentes du personnel de l’Etat sur le long terme et la qualité du service public. Le peuple l’a reconnu.

CPPEF

 

Au niveau de la communication, nous avions pour tâche de rendre cette matière technique accessible pour les différents groupes cibles. D’une part, les employé-e-s de l’Etat directement concerné-e-s devaient être informé-e-s individuellement. D’autre part, l’ensemble de la population fribourgeoise devait être mise au courant du projet pour pouvoir se prononcer en toute connaissance de cause dans les urnes.

Continuité et transparence

L’approbation notable lors de la votation, avec près de 70% de oui, atteste de la réussite de la campagne de communication. La mission principale de VIRTÙ Public Affairs AG était d’informer le personnel dès le début du processus de révision, de façon exhaustive et au moyen de tous les canaux de communication directe et indirecte à disposition. Cette démarche nous a permis de mobiliser un cercle important de multiplicatrices et multiplicateurs, et de convaincre la population du bien-fondé de la réforme. Durant toute la campagne, nous avons pu compter sur l’engagement fort du Conseil d’Etat, et en particulier de sa Délégation des affaires du personnel. La couverture médiatique riche et constante indique également que la thématique se trouvait au sommet de l’agenda politique.

Notre stratégie s’est appuyée sur une communication transparente et régulière. Nous avons conçu et développé des contenus simples et factuels en partenariat avec l’agence créative FrankR pour familiariser les groupes cibles avec le thème complexe de la prévoyance professionnelle. Nous avons veillé à la diffusion de ces informations sur de nombreux canaux, tels que des publications en ligne, des dépliants, des vidéos en motion design, des questions-réponses sur le site internet dans le cadre d’événements.

Ce projet illustre bien les activités de VIRTÙ Public Affairs AG. Nous allions notre expertise dans le domaine de la communication à une excellente connaissance de nos clients et de leurs réalités. Dans le cadre d’une communication publique, nous plaçons la transparence au cœur de nos efforts.

La musique pour surmonter les distances

Corps

VIRTÙ Public Affairs se trouve à l’interface entre la science, la politique et la société. Ceci étant posé et dans le contexte de la pandémie de Covid-19, il nous tient à cœur de travailler en respectant consciencieusement l’obligation de rester à la maison, depuis le printemps 2020. Tout au long de l’année, nous avons accompagné et soutenu notre clientèle dans la gestion des différents défis posés par la problématique sanitaire. Nous avons cherché avec elle de nouveaux moyens d’assurer le dialogue avec ses publics cibles.

La pandémie a aussi modifié la collaboration au sein de notre agence. Lorsque nous n’étions pas en vidéo conférence ou au téléphone, nous écoutions souvent de la musique en home office, chacun de notre côté. On dit que la musique permet de surmonter les distances. Nous avons donc créé une playlist commune contenant les titres préférés de tous les membres de VIRTÙ Public Affairs. La diversité des styles musicaux est à l’image de notre équipe. Elle nous accompagne dans ces moments difficiles à vivre. Cover VIRTÙ Tunes

En signe de reconnaissance en cette fin d’année, nous avons partagé cette playlist à nos client-e-s, en l’accompagnant de nos meilleurs vœux pour 2021. Nous avons envoyé par la Poste une carte imprimée, dans l’esprit d’un album musical. Des portraits de tous les membres de l’équipe font figure de couverture. Au dos, nous avons publié tous les titres et un QR code qui mène directement à la playlist sur Spotify.

Nous espérons que nos mélodies vous apporteront à vous aussi de la joie en cette période particulière. 

Vivre le quartier autrement

Corps

Affiche du marché de Noël

Développer la vie de quartier de blueFACTORY et valoriser son existence entrepreneuriale. Telle était la donnée de VIRTÙ Public Affairs AG début 2019. Ce point stratégique, autant important que le renforcement du positionnement du quartier d’innovation et la maîtrise de l’information, devait être traité en 2019. Il fallait un événement rassembleur, intéressant tout type de visiteur, issu de tous les milieux. Le choix s’est porté sur un marché de Noël revisité en deux axes qui s’est tenu du vendredi 20 au dimanche 22 décembre 2019.

Ainsi est né le Marché du futur, pour le premier axe de la revisite. Le Swiss Museum for Electronic Music (smem), Sugarcube, Cenogent, Recommerce, le Fablab, Go Electric Sàrl, Vidinoti, Innopark, le Sous-marin jaune, le Pôle d’hiver, Stemutz et The Green Drop se sont prêtés au jeu et mis dans la peau d’exposants, présentant sur leurs étals les technologies et les innovations qui font du quartier d’innovation ce qu’il est. Le tout a été conçu et mis en scène dans le NeighborHub par la start-up Enoki, également sise à blueFACTORY et spécialisée dans la création d’écosystèmes urbains circulaires. Plus qu’un habituel marché, celui-ci était un lieu de réflexion sur les habitudes de consommation et une mise en perspective de la durabilité, thème cher à blueFACTORY.

L’Hypermarket, aménagé dans l’espace multiculturel de blueFACTORY, était le deuxième axe de la revisite. Ce marché consacré à l’artisan et à l’artiste régional a mis en valeur des illustrateurs, des créateurs textiles, des céramistes, des torréfacteurs, des brocanteurs et d’autres acteurs de ce que l’on appelle la «slow consumption». Le tout a eu lieu dans une ambiance conviviale et musicale grâce aux prestations de DJ’s de la région.

L’on peut dire que le pari de l’audace a été pris. Cet événement unique, avec les incertitudes et les risques compris, a permis à blueFACTORY de se présenter de manière ludique au public, et de faire interagir ses acteurs et ses actrices. Bien sûr, comme il est toujours plus facile de savoir après, nous avons identifié plusieurs points qui auraient pu être vus et faits différemment, mais cela n’a en aucun moment supplanté l’intérêt de l’événement pour la vie de quartier. 

Parler de folklore avec les journalistes

Corps

Une fois encore, VIRTÙ Public Affairs AG a assuré l’accompagnement des Rencontres de folklore internationales de Fribourg (RFI). Chaque année, le festival fait vibrer la ville de Fribourg durant une semaine, en présentant des folklores venus des quatre coins du monde. Huit groupes se sont produits sur les différentes scènes des RFI, et ont fait découvrir aux spectateurs les danses et les chants traditionnels de leurs régions. Nous avons organisé plusieurs événements médiatiques dans des lieux très particuliers, en nous basant toujours sur les valeurs des rencontres folkloriques qui sont la rencontre, la fidélité et l’ouverture.

Le festival existe depuis 45 ans, et notre mandat depuis cinq ans. Les médias régionaux connaissent les RFI comme leur poche, raison pour laquelle les intéresser année après année à nos conférences de presse et aux manifestations est un défi. Nous le relevons en immergeant les journalistes dans l’ambiance du festival. Les conférences de presse ont eu lieu, cette année encore, dans les perles de la culture fribourgeoise, le Bistro Le Port et le café des Arcades. Avec les animations des artistes dans un cadre intimiste, l’étincelle a rapidement jailli. Celles et ceux qui le souhaitaient pouvaient s’essayer aux danses traditionnelles, emmenés par les danseurs et les danseuses présents.

Grâce à de riches échanges avec les journalistes, de nombreux contacts ont été établis avec les membres du comité et les artistes. L’écho médiatique a donc été très positif : la présence de journalistes aux répétitions et aux représentations a donné lieu à des reportages et des séquences audiovisuelles captivants, permettant aux personnes qui n’ont pas pris part au festival de se familiariser avec le folklore. Tous les médias locaux, de même que la RTS, étaient sur place. Avec un total de 35 contributions, les RFI ont connu, cette année encore, une présence médiatique importante. Une chaîne de télévision chinoise Hantang Culture est venue aux RFI pour la première fois, offrant ainsi au festival un rayonnement international. 

Le festival terminé, les RFI peuvent s’enorgueillir d’une édition réussie. VIRTÙ Public Affairs a eu, une fois de plus, la chance de s’immerger dans l’atmosphère unique du festival et d’accompagner les RFI tout au long de leur 45ème édition par une communication bien ficelée.

RFI_Arcades

Comment les hautes écoles suisses sont entrées dans le discours politique

Corps
Le 9 février 2014, le peuple et les cantons suisses acceptaient l’initiative dite «contre l’immigration de masse». La majorité des votants ignoraient alors que leur choix démocratique aurait des conséquences directes sur les hautes écoles et les groupes de recherche actifs en Suisse. Les responsables académiques et politiques, eux, savaient que l’Union européenne allait mettre à exécution sa menace d’exclusion de la Suisse des programmes de recherche et de mobilité. Ils n’avaient pourtant pas pris position, convaincus que la recherche et la formation ne devaient pas se mêler de politique. Les mois qui ont suivi et les conséquences néfastes de l’exclusion les ont convaincus de changer de point de vue.
Nous avons eu la chance de pouvoir accompagner swissuniversities, l’organisation faîtière des hautes écoles suisses, dans ce changement de paradigme. Dans notre analyse, nous avons montré que les hautes écoles devaient se garder de se muer en machines de campagne. Elles sont en revanche pleinement légitimées à montrer les conséquences de choix politiques sur leur capacité à remplir le mandat que les cantons, la Confédération, et donc la population, leur octroient. Les lois cantonales et fédérales imposent aux hautes écoles et organisations de recherche de viser l’excellence et de rayonner à l’international. Pourquoi ne seraient-elles pas en droit de pointer du doigt les textes qui pourraient les empêcher de recruter les meilleurs scientifiques et de participer aux initiatives de recherche menées au niveau du continent?
Nous avons conçu et co-dirigé une quinzaine de workshops sur la communication politique des hautes écoles, en 2016 et 2017, dans toute la Suisse. Il en a résulté une forte sensibilisation des responsables de communication de ces institutions. Avec ces personnes, nous avons encouragé l’échange de bonnes pratiques en matière de communication politique et favorisé le partage d’information. Le résultat a pu être mesuré durant la campagne précédent l’initiative pour l’autodétermination, en octobre et novembre 2018. Les hautes écoles ont eu le courage de prendre position et d’exposer les conséquences néfastes de ce texte sur leur positionnement international. Un changement de paradigme s’est opéré.
Services
Evénements

Des cafés pour stimuler le dialogue citoyen

Corps

VIRTÙ Public Affairs AG fonctionne comme expert en communication pour l’Assemblée constitutive du Grand Fribourg, chargée de mener à bien le projet de fusion de neuf communes. L’inclusion des citoyennes et citoyens est à nos yeux un élément essentiel à la réussite d’un tel projet. Nous avons organisé à cette fin trois événements participatifs visant à intégrer des propositions de la société civile dans les réflexions des groupes de travail de l’Assemblée constitutive du Grand Fribourg.

Pour ces Grand Fribourg Cafés, nous nous sommes inspirés des principes du World Café. Cette méthode est intéressante pour plusieurs raisons. D’une part, elle repose sur une participation qualitative plutôt que quantitative. Le nombre de participants visé était de 15 à 25 personnes – un objectif raisonnable pour ce début de projet de fusion. D’autre part, la structure du World Café favorise le foisonnement d’idées et la formulation de propositions par consensus. 

Chaque Grand Fribourg Café était consacré à une question globale, déclinée en sous-questions. Pour commencer, les personnes présentes ont voté, avec des gommettes, pour les quatre sous-questions qui les intéressaient le plus. Chaque question retenue a été attribuée à une modératrice ou un modérateur. En petits groupes, les participants ont exploré chacune de ces questions durant 25 minutes. Au début de chaque tour, la modératrice ou le modérateur de la table leur résumait les discussions précédentes dans le but de faire fructifier les échanges. Cette façon de modérer est l’élément-clé du World Café. C’est elle qui permet aux modérateurs d’identifier progressivement les points d’accord et de divergences qui se dégagent de leur question. 

A l’issue de quatre séries de discussions, les modérateurs ont synthétisé en plenum les principales conclusions des échanges liés à leur question. Je les ai retranscrites dans trois rapports d’impulsion, qui ont été transmis aux délégués de l’Assemblée constitutive du Grand Fribourg. Ils doivent en prendre connaissance et sont désormais libres d’intégrer ces propositions citoyennes dans leur travail.

Grand Fribourg Café

Services
Evénements

Des scientifiques, des stakeholders et des speed-datings

Corps

En 2017, plusieurs projets de recherche menés dans le cadre du Programme national de recherche «Alimentation saine et production alimentaire durable» (PNR 69) arrivaient à leur terme. Ces projets proposent des solutions pour rendre les systèmes alimentaires plus durables et mieux comprendre les relations entre l’alimentation et la santé. En tant que responsables du transfert de connaissances du PNR 69, nous avons organisé trois ateliers en fin d’année pour présenter les résultats de ces projets, créer un échange entre les scientifiques et les parties-prenantes du PNR 69 et avancer vers la synthèse du programme.

Le PNR 69 est à l’interface entre l’alimentation, l’agronomie et la santé. Ses parties-prenantes forment donc une cible hétérogène, allant des représentants de l’économie (producteurs, industrie, distributeurs…) aux organisations de défense des consommateurs ou de protection de l’environnement, en passant par les acteurs de la santé publique et les autorités. Les projets de recherche du PNR 69 sont tout aussi diversifiés. Notre défi était donc de proposer des événements à la fois spécialisés et pertinents pour ces différents acteurs. Nous avons opté pour trois thèmes transversaux: les systèmes alimentaires durables, les pertes alimentaires et les choix alimentaires. 

Le premier demi-jour était consacré à la rencontre entre les scientifiques et les parties-prenantes du PNR 69. Un speed-dating scientifique a permis de briser la glace. Les participants choisissaient librement les postes qui les intéressaient le plus et les scientifiques avaient 20 minutes pour expliquer l’essence de leur travail. Les échanges se sont poursuivis en plenum, où nous avons soumis à la discussion des énoncés basés sur les résultats des projets. Les parties-prenantes étaient invitées à réagir en donnant leur point de vue issu de la pratique.

Le lendemain, les scientifiques se sont retrouvés pour discuter des impulsions des parties-prenantes. Ils ont pu choisir de maintenir les énoncés ou de les adapter. Ces «statements» sont désormais la trame de fond de la synthèse du PNR 69.

Participants au workshop

Participants au workshop

Fribourg au Palais fédéral 

Corps

Place aux biscômes, chants, fifres et pères fouettards! Le 6 décembre 2016, Saint-Nicolas a fait un détour par les travées du Palais fédéral pour faire connaître les spécialités culinaires et les personnalités du canton de Fribourg aux parlementaires, hauts fonctionnaires et membres du gouvernement. VIRTÙ Public Affairs AG a soutenu la Chancellerie de l’Etat de Fribourg dans l’organisation de cet événement promotionnel, intitulé «Fribourg au Palais fédéral». 

Signalétique

L’agence a coordonné la création des visuels, des invitations, de la signalétique et des badges. Plus de 300 personnalités ont répondu présentes, dont trois conseillers fédéraux et trois secrétaires d’Etat. Toutes et tous été charmés par l’ambiance conviviale qui régnait dans la Galerie des Alpes. Cette dernière était parée de stands tenus par les artisans de l’Association pour la promotion des produits du terroir du Pays de Fribourg. 

Stands

VIRTÙ Public Affairs AG a également chapeauté la prise de parole de Saint-Nicolas, qui a clamé un discours piquant sur les actualités de la Berne fédérale. L’évêque de Myre était accompagné de la troupe du Collège Saint-Michel. Son allocution a créé la surprise au sein du public, puisque l’emblématique patron de Fribourg était incarné par le conseiller aux Etats Beat Vonlanthen.