Aller au contenu principal

A l’interface entre science et politique

Corps

Pendant la session d’hiver 2018, le Conseil national et le Conseil des Etats ont examiné les finances de la Confédération pour l’année 2019. A la fin de la session, le Parlement a augmenté d’un peu plus de 100 millions de francs les moyens financiers en faveur de la formation, de la recherche et de l’innovation (FRI) pour l’année 2019. Par cette décision, les parlementaires fédéraux ont soutenu un compromis entre la planification budgétaire du Conseil fédéral et la planification pluriannuelle (Message FRI 2017-2020) décidée par le Parlement à l’automne 2016. En tant que responsables du secrétariat du Réseau FUTURE, nous avons accompagné ce processus parlementaire. Le Réseau FUTURE est une communauté d’intérêts regroupant des partenaires issus de hautes écoles, d’institutions de recherche et de la politique. Nous coordonnons les échanges entre les organisations académiques et les quelques 40 parlementaires de tous les partis qui siègent dans le Team politique du Réseau FUTURE. 

Au printemps 2018 déjà, les partenaires du réseau nous ont informés que le Conseil fédéral prévoyait moins de ressources financières dans le budget 2019 que ce que le Parlement avait promis dans le Message FRI pour cette année-là. Quand en été, le Conseil fédéral a publié le détail des chiffres du budget 2019, nous les avons comparés aux chiffres de la planification pluriannuelle dans un tableau financier. En collaboration avec nos partenaires académiques, nous avons montré les mesures prévues auxquelles les hautes écoles et les institutions de recherche auraient dû renoncer en raison de la baisse du financement et les objectifs stratégiques qui auraient alors été compromis. 

Par des factsheets et des newsletters, nous avons informé les membres du Conseil national et du Conseil des Etats engagés dans le Team politique du Réseau FUTURE. Lors de contacts personnels, nous avons expliqué en détail les défis à relever. Les membres du Team politique ont porté ce thème au sein des Commissions de la science, de l’éducation et de la culture (CSEC) et des Commissions des finances (CdF) des deux Chambres. Ils ont également sensibilisé leurs collègues de parti. Des propositions d’augmentation des crédits dans le Domaine FRI ont été déposées dans les deux Chambres. Nous avons accompagné ces propositions et cherché des alliés auprès de l’économie et des cantons, afin de convaincre les parlementaires de la nécessité d’une augmentation des moyens financiers. Au final, le compromis pour une augmentation a trouvé une majorité dans les deux Chambres.

Fribourg au Palais fédéral 

Corps

Place aux biscômes, chants, fifres et pères fouettards! Le 6 décembre 2016, Saint-Nicolas a fait un détour par les travées du Palais fédéral pour faire connaître les spécialités culinaires et les personnalités du canton de Fribourg aux parlementaires, hauts fonctionnaires et membres du gouvernement. VIRTÙ Public Affairs AG a soutenu la Chancellerie de l’Etat de Fribourg dans l’organisation de cet événement promotionnel, intitulé «Fribourg au Palais fédéral». 

Signalétique

L’agence a coordonné la création des visuels, des invitations, de la signalétique et des badges. Plus de 300 personnalités ont répondu présentes, dont trois conseillers fédéraux et trois secrétaires d’Etat. Toutes et tous été charmés par l’ambiance conviviale qui régnait dans la Galerie des Alpes. Cette dernière était parée de stands tenus par les artisans de l’Association pour la promotion des produits du terroir du Pays de Fribourg. 

Stands

VIRTÙ Public Affairs AG a également chapeauté la prise de parole de Saint-Nicolas, qui a clamé un discours piquant sur les actualités de la Berne fédérale. L’évêque de Myre était accompagné de la troupe du Collège Saint-Michel. Son allocution a créé la surprise au sein du public, puisque l’emblématique patron de Fribourg était incarné par le conseiller aux Etats Beat Vonlanthen.

Une pierre à l’édifice du projet de formation des imams

Corps
L’une des spécialités de VIRTÙ Public Affairs AG réside dans l’activité de communication scientifique. Dans ce contexte, nous avons été mandatés pour le transfert de connaissances du Programme national de recherche «Collectivités religieuses, Etat et société» (le PNR 58). Ce programme, lancé par le Conseil fédéral et mis en œuvre par le Fonds national suisse, a notamment permis de montrer comment le rapport à la religion des Suissesses et des Suisses a évolué, sous la pression de la sécularisation. Il a aussi permis d’apporter de nouveaux éclairages sur l’islam en Suisse.
Ainsi, une des études du PNR 58 a montré qu’un consensus se dégageait sur la question de la formation des imams en Suisse. Les organisations musulmanes, comme les acteurs institutionnels interrogés, étaient favorables à ce projet et estimaient qu’il devait permettre de favoriser l’intégration des musulmans. Les résultats de cette étude répondaient à une question plusieurs fois posée par la politique et montraient que les 150 imams présents à l’époque en Suisse méconnaissaient les langues nationales, l’organisation sociale et juridique du pays.
Imam
Nous avons accompagné les scientifiques dans la transmission de leurs résultats. Une conférence de presse nationale et plusieurs événements d’information, notamment auprès de parlementaires fédéraux, ont permis de mettre leur travail sur le devant de la scène. La diffusion des résultats intervenait en plein débat sur l’initiative de l’UDC contre les minarets, en 2009. Notre pari a consisté à tirer profit du grand intérêt porté par le public à l’islam, tout en garantissant que les résultats du projet soient transportés avec exactitude et discutés dans un climat apaisé.
Les résultats de l’étude ont convaincu les responsables des universités et de l’administration fédérale de plancher sur un projet de formation des imams. Le Centre Suisse Islam et société a été inauguré à l’Université de Fribourg en juin 2016.